Linkedin twitter
Newsletter Menu

Méthanisation en Hauts-de- France : l’accélération !

Le Groupe de Travail national Méthanisation, lancé par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire a rendu en mars dernier ses conclusions. 405 unités de méthanisation fonctionnent à ce jour en France sur les segments agricole (50%), industrie et territoire.En 2017, la production de biométhane a doublé par rapport à 2016.

 

Le Groupe de Travail national Méthanisation, lancé par le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire a rendu en mars dernier ses conclusions. 405 unités de méthanisation fonctionnent à ce jour en France sur les segments agricole (50%), industrie et territoire. En 2017, la production de biométhane a doublé par rapport à 2016. Les objectifs de la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoient 8 TWh de biométhane injecté d’ici 2023 et 237-300 MW d’électricité par cogénération. Le Groupe de Travail national a mis en avant plusieurs mesures pour faciliter l’accès des agriculteurs à la méthanisation, soulignant le complément au revenu agricole qu’elle constitue. La notion d’un droit à l’injection fait son chemin obligeant à terme le distributeur de gaz à investir pour rendre son réseau accessible en tout point. La réglementation ICPE devrait se simplifier. Enfin, seront promues les unités de méthanisation de grande taille avec la possibilité de davantage mélanger les types d’intrants et d’utiliser les boues des stations d’épuration ; à terme, l’objectif est le «développement d’une filière française et européenne des matériels de méthanisation ».

 

Les Hauts-de-France sont en ligne avec les objectifs nationaux. Rappelons qu’en septembre 2016,  le Conseil Régional, la CCIR, la préfecture, l’Ademe, GRDF, la chambre d’Agriculture signaient un Manifeste pour une ambition économique partagée : «  faire de la région des Hauts-de-France la première région européenne d’injection du biométhane ». On compte dans les Hauts-de-France 105 projets en cours d’instruction à avril 2018 contre 70 fin 2017, soit un projet nouveau tous les deux jours ouvrés. Le dossier type est un projet agricole regroupant 3-4 agriculteurs pour une capacité de 150Nm3/h.

 

Selon GRDF, le pic des demandes de connexion aux réseaux est à prévoir à partir de 2022-2023. Afin de rendre accessible l’ensemble du territoire à la méthanisation, les opérateurs gaziers prévoient de développer  plus de 500 km de réseaux supplémentaires sur les 24000 km que compte la région. Sur l’ensemble du territoire français, c’est plusieurs centaines de millions d’euros qu’il faudra investir d’ici 2030.

 

L’examen des projets mis en service montre que les résultats d’exploitation sont conformes aux business plan établis voire meilleurs, se félicite Bruno Waterlot, Directeur biométhane Hauts de France chez GRDF; les projets existants sont souvent agrandis et il n’y a pas de contre-référence technique ou économique.

Posté le 03/05/2018
Logo devenir membre Devenir membre Logo contact Inscription à la newsletter